21 Marzo 2021 22:13

Ultime tome pour la toujours aussi sombre et réussie « Trilogie du Moi »…

Après l’imposture morale développée dans « Moi, assassin » et l’imposture scientifique dans « Moi, fou » (1), c’est l’imposture politique qui est le point de départ de « Moi, menteur » : un troisième et dernier volet où les fils finissent par se dénouer, donnant à l’ensemble sa dimension finale. L’intrigue policière sur des meurtres baroques, limites gore, menée dans une ambiance lovecraftienne où le mensonge règne une nouvelle fois en maître, n’est qu’un prétexte pour tracer le portrait d’une métropole noire, gothique et mythique : Vitoria-Gasteiz, ville du Pays basque espagnol où le scénariste, Antonio Altarriba a enseigné, pendant 40 ans, la littérature française à l’université.
Leggi il resto su Read More BDzoom.com